Site Junior - Fondation Brigitte BardotTu désires nous écrire ?
Les Grands Dossiers


Retour à la page des dossiers

Le lynx, le grand félin de nos forêts

Ses qualités de chasseur sont célèbres et tu en as sûrement entendu parler. Mais sais-tu vraiment qui est le lynx ? Que l’on peut à nouveau le rencontrer dans les forêts françaises ? Que c’est, comme les autres félins, un cousin proche de notre bon vieux chat domestique ? Sa silhouette, haute de 70 cm, est élancée, sa magnifique fourrure rousse est tachetée ou striée de noir, selon les espèces et les individus, et ce sont les toupets de poil qui ornent ses oreilles qui lui donnent son allure tellement reconnaissable. On l’appelait autrefois « loup-cervier », le loup qui chasse les cerfs. Ça n’est pourtant pas un loup et si c’est un grand chasseur, le cerf est une proie bien trop grosse pour lui. Les petits mammifères composent l’essentiel de son alimentation. Plus rarement un chevreuil, affaibli dans la plupart des cas, ce qui en fait un prédateur indispensable à l’équilibre de nos forêts : en éliminant les individus malades, il évite la propagation des épidémies qui déciment régulièrement chamois et chevreuils.!

Chacun chez soi !


Mâles et femelles possèdent chacun leur propre territoire dont la taille varie en fonction du gibier disponible. Ils ne se rencontrent que pendant le rut, au début du printemps. La femelle élève ensuite seule deux à cinq petits. Là encore, leur nombre varie en fonction de l’abondance du gibier. Les petits accompagnent rapidement leur mère à la chasse et prennent peu à peu leur autonomie avant de partir trouver un nouveau territoire à l’âge de deux ans.

Oeil, oreille ou ruse ?


Tout le monde connaît ces expressions : œil de lynx, oreilles de lynx ou ruse de lynx. Qu’en est-il dans la réalité ? Le lynx possède en effet une excellente ouïe, sa principale arme pour repérer une proie ou un danger. Sa vue n’est par contre pas exceptionnelle, mais fonctionne aussi bien de jour que de nuit. Quant à ses ruses, ce sont-elles qui lui permettent de surprendre ses proies après une longue et minutieuse approche.

Réintroduction réussie !


Pourchassé sans répit pour sa fourrure et par les éleveurs qui l’accusaient de s’attaquer aux moutons, le lynx avait disparu de nos forêts. À la fin des années 70, des animaux originaires d’Europe de l’Est furent relâchés dans les Vosges. Malgré le braconnage, ils y ont fait souche. D’autres animaux, relâchés dans le Jura suisse se sont peu à peu installés du côté français de ce massif montagneux et des lynx sont régulièrement signalés dans d’autres forêts de l’Est de la France. Enfin, il n’avait pas totalement disparu des Pyrénées où les mesures de protections ont permis aux populations de se reconstituer naturellement.

Un chasseur implacable


Le lynx saisi les petites proies à la tête avec ses griffes rétractiles très affûtées. Il utilise une autre technique pour chasser le chevreuil : il l'attaque par le côté, le renverse puis bloque ses puissantes mâchoires sur sa gorge afin de l'étouffer.

Le linx menacé


Le lynx d’Europe, malgré le succès des réintroductions, reste un animal rare et menacé. En plus du braconnage, il est fréquemment victime d’accidents de la route sur les grands axes malheureusement trop nombreux à traverser ses forêts de prédilection. Le lynx Pardelle, très proche du lynx d’Europe, est en voie de disparition : il n’en resterait que quelques dizaines d’individus dans les montagnes espagnoles et portugaises...

Invisible


Ses habitudes crépusculaires, sa grande discrétion et sa vie de solitaire en font l’un des animaux les plus difficiles à observer dans nos forêts ! Et ses empreintes, de la même forme que celles d’un chat mais plus grandes, ne sont pas faciles à repérer !

Les cousins d'amérique


Deux espèces de lynx, plus petites, vivent dans les forêts du Canada et des États-Unis : le lynx d’Amérique du Nord, et le lynx roux, ou bobcat.