Site Junior - Fondation Brigitte Bardot Tu désires nous écrire ?
Les Grands Dossiers


Retour à la page des dossiers

La grenouille

Petite reine de nos mares
On les entend plus souvent qu’on ne les voit ! Si toutes ne vivent pas en permanence dans l’eau, elles ont besoin de zones humides préservées pour se reproduire et se nourrir. Leur régime alimentaire est constitué d’insectes, de petits escargots et de larves. Elles contribuent, entre autres, à limiter la prolifération des moustiques. Quand les premiers froids arrivent, elles s’immergent dans la vase ou se cachent sous des feuilles mortes et hibernent ainsi jusqu’au retour du printemps.

Reines du camouflage, elles savent parfaitement échapper à l’appétit des hérons, des couleuvres, des putois et des loutres qui en raffolent. Dans l’eau, c’est aux brochets qu’il faut échapper en se réfugiant dans les nénuphars. Les astuces de ces petites magiciennes sont par contre impuissantes face aux insecticides, à la circulation automobile, à la disparition des mares dans la plupart des terres agricoles et à l’appétit de ceux qui les capturent par centaines pour dévorer leurs cuisses.

 

Le cycle magique de la grenouille
Les grenouilles se font subitement remarquer aux beaux jours par leurs coassements enthousiastes. C’est la saison des amours. Dans l’eau, les mâles et les femelles se rejoignent pour s’accoupler. Ces dernières laissent ensuite leurs œufs dans l’eau, où ils ne tardent pas à se transformer en tétards. Au bout d’un mois, les pattes arrière apparaissent, suivies des pattes avant puis de la disparition de leur queue. Durant toute cette première phase, ils se nourrissent de micro-algues présentes dans l’eau. Ensuite, comme leurs parents, ils préfèrent les insectes, les vers et toutes les larves qui passent à portée de leur langue !

La rainette verte
Les rainettes se distinguent des autres grenouilles par les boules légèrement adhésives qui équipent l’extrémité de leurs pattes et leur permettent de se déplacer dans les arbres. Très actives la nuit, elles aiment se reposer au soleil, perchées sur une branche, pendant la journée. Elles pondent dans les eaux peu profondes des mares et des fossés et souffrent particulièrement de l’assèchement des terres agricoles et de l’utilisation massive d’insecticides. C’est la raison pour laquelle elles ont disparu de la plupart des territoires qu’elles occupaient.

La grenouille verte
Elle affectionne les plans d’eau de toutes tailles et s’adapte même aux réservoirs artificiels. Elle passe une bonne partie de son temps dans l’eau et hiberne dans la vase.

Les grenouilles disparaissent dans l'indifférence
En dehors des zones humides protégées, les grenouilles sont menacées et ont déjà disparu de nombreux territoires. Si l’agriculture intensive, qui assèche les terres par le drainage et utilise des pesticides toxiques, est la principale menace, les grenouilles se font aussi écraser par milliers sur les routes quand elles gagnent les plans d’eau où elles se reproduisent. Malgré cette triste situation, le ramassage des grenouilles rousses et vertes reste autorisé : un vrai scandale quand on sait, en plus, que seules leurs cuisses sont consommées...

La grenouille rousse
C’est la plus commune en Europe. Elle s’adapte à tous les milieux humides, y compris en montagne : proximité des plans d’eau et des marais bien sûr, mais aussi dunes, haies, prairies naturelles et sous- bois. Elle ne vit réellement dans l’eau que lors de la reproduction et hiberne à terre, sous des feuilles mortes.