Site Junior - Fondation Brigitte BardotTu désires nous écrire ?
Les Grands Dossiers


Retour à la page des dossiers

Le bison d'Europe, un rescapé de la préhistoire

Des bisons dans les forêts d’Europe ? Tu ne l’imaginais sûrement pas avant ce numéro de l’Info-Journal Junior ?!

Ça n’est pourtant pas une blague ! Ce contemporain de nos ancêtres préhistoriques existe encore à l’état sauvage dans les plus sauvages forêts polonaises. C’est même le plus gros mammifère terrestre de notre continent : le mâle peut peser jusqu’à une tonne et mesurer 1,80 mètre au garrot ! Comment est-il parvenu jusqu’à nous ? C’est une longue histoire…

Dans les forêts d'Europe.

Jusqu’à l’Antiquité, le Bison d’Europe peuple toutes les grandes forêts de notre continent, à l’exception du bassin méditerranéen. Ses populations commencent à décliner avec le défrichage et la disparition progressive des grandes forêts. Il est aussi intensément chassé pour sa viande. Au début du Moyen Âge, l’empereur Charlemagne le traque encore dans les forêts proches de sa capitale, Aix-la-Chapelle. Au XVIe siècle, il n’est plus présent que dans quelques régions d’Europe Centrale.

Exterminé puis sauvé par l'homme.

Les premières mesures de sauvegarde du bison d’Europe sont anciennes : au XVIe siècle, tuer un bison était passible de la peine de mort dans le royaume de Pologne ?! Au XVIIIe siècle, les Allemands avaient tenté de réintroduire, sans succès, des bisons dans certaines de leurs forêts. Les derniers bisons sauvages sont tués en Pologne durant la guerre de 14-18, victimes des combats et du braconnage. Quelques années plus tard, un scientifique polonais organise le sauvetage de l’espèce en utilisant les ultimes survivants répartis dans les zoos du monde. Mais il faudra attendre la fin de la deuxième guerre mondiale pour que les premiers troupeaux retrouvent la grande forêt polonaise de Bialowieza. Ils sont aujourd’hui environ 1600, répartis dans trois grands massifs forestiers de ce pays, ainsi qu’en Ukraine, en Biélorussie et en Lituanie.

Un paisible ruminant.

Le Bison d’Europe, avec sa large encolure, est un animal totalement forestier. Il apprécie les grandes forêts, telles qu’on les trouvait au Moyen Âge : des essences variées, de nombreux petits marécages et des sous-bois épais. Il se nourrit essentiellement d’herbe, mais apprécie aussi les écorces.

Le cousin d'Amérique.

Le Bison d’Europe est un très proche cousin du Bison d’Amérique du Nord. Ce dernier vit dans les plaines en immenses troupeaux : il est moins haut et moins élancé, mais possède une bosse plus grosse. À l’arrivée des Européens sur le continent américain, ils étaient probablement plus de 50 millions ! Victimes de la conquête de l’Ouest et d’une chasse quasiment industrielle, ils avaient presque disparu à la fin du XIXe siècle, après les tristes exploits du célèbre Buffalo Bill… Ils ne sont plus que quelques milliers à l’état sauvage.

Le petit bison est un gros gourmand.

Vif et joueur, le veau est allaité de long mois durant par sa mère. Même capable de se nourrir seul, il n’hésite pas à venir téter sa mère à plus d’un an, alors que celle-ci nourrit son petit frère tout juste né !

Des bisons en France.

Pour préserver les populations polonaises d’éventuelles épidémies, les scientifiques ont cherché d’autres lieux où réintroduire des troupeaux. Neuf bisons sont donc arrivés en 1991 dans la forêt de Sainte Eulalie en Margeride, dans le Massif Central, où ils vivent en semi-liberté dans un enclos de 200 hectares. Tu peux même leur rendre visite?! Toutes les informations sont disponibles sur www.bisoneurope.com

La vie de famille.

Les bisons vivent en petits groupes menés par une femelle. À l’approche de l’hiver, ils se regroupent en troupeaux d’une trentaine de têtes. D’un naturel pacifique, ils peuvent se montrer plus agressifs à certains moments de l’année et charger alors à une vitesse surprenante pour leur taille : quand les mâles se disputent les femelles pour la reproduction, ou quand les femelles sont accompagnées de leurs veaux, pour les protéger. C’est ainsi que les bisons se défendent des meutes de loups, leur seul prédateur naturel.