Site Junior - Fondation Brigitte BardotTu désires nous écrire ?
Les Grands Dossiers


Retour à la page des dossiers

Doué comme un âne !


On le dit bête,il est en fait calme et réfléchi.
L’âne n’est pas non plus têtu : il est prudent et n’aime pas accomplir une tâche qu’il ne comprend pas. Domestiqué par les Égyptiens il y a plus de 5 000 ans, l’âne a discrètement accompagné l’homme dans toutes ses aventures : transport de marchandise, agriculture, chantiers de construction. Tu l’as compris : sa bonne tête, ses magnifiques robes, qui vont du brun très foncé au gris-rose, et ses talents méritent bien mieux que les méchantes histoires que l’on colporte sur son soi-disant manque d’intelligence. Et si jamais tu te fais traiter d’âne, tu sauras maintenant quoi répondre !

Les mots de l’âne
Le baudet est un mâle en âge de se reproduire avec une ânesse afin de donner naissance à un ânon. Les ânes sont élevés dans des asineries. Ils travaillent avec des âniers qui, quand ils ont quelque chose à transporter, les bâtent en disposant sur leur dos une couverture et un bât en bois sur lequel est ensuite fixé la charge. Le croisement d’un baudet et d’une jument donne un mulet (ou une mule), celui d’une ânesse et d’un étalon donne un bardot (ou une bardine). Enfin, l’âne se croise également avec… le zèbre, donnant alors naissance à un zébrâne aussi appelé donzèbre ! Ces différents croisements sont stériles : ils ne peuvent pas se reproduire !

Des cousins sauvages
Les races d’ânes domestiques descendraient toutes d’ânes d’Afrique domestiqués il y a environ 5 000 ans. Cette espèce existe encore à l’état sauvage. Tout comme les autres espèces d’ânes sauvages (l’âne d’Asie, l’âne d’Inde et l’âne du Tibet), il est gravement menacé par le braconnage. En Amérique et en Australie, il existe également des populations d’ânes domestiques revenus à l’état sauvage.

Les sept races françaises
L’âne bourbonnais : cet âne auvergnat est à nouveau reconnu comme race à part entière depuis 2002 : une belle renaissance !
L’âne du Cotentin : Un des plus petits avec sa tête fine et sa robe mêlant les gris et les roses.
L’âne des Pyrénées : l’un des plus polyvalents : il sait tout faire !
L’âne grand noir du Poitou : un autre costaud ! Ses origines sont mystérieuses : certains disent qu’il aurait été importé à l’époque des colonies, d’autres pensent que c’était l’âne des gitans…
Le baudet du Poitou : Un grand costaud hirsute qui a failli disparaître complètement : il y a trente ans, il n’en restait que 44…
L’âne de Provence : petit et courageux, il a longtemps accompagné les bergers et leurs troupeaux à travers les collines et les montagnes.
L’âne de Normandie : autrefois, il portait les bidons de lait. Maintenant, il promène les enfants.

Le cheval du pauvre
L’âne mange peu et supporte aussi bien la chaleur que l’altitude. Ses qualités l’ont fait connaître dans le monde entier. Dans les pays les plus pauvres et les zones difficilement accessibles, des millions d’ânes sont encore utilisés pour transporter les marchandises ou réaliser les travaux agricoles.

Des fermes aux sentiers de randonnée
Comme le cheval de trait, l’âne était utilisé dans les fermes. Au début du vingtième siècle, on en comptait plus d’un million dans notre pays. Il y a environ 20 000 ânes aujourd’hui en France, élevés pour les loisirs par despropriétaires passionnés. L’âne s’est ainsi trouvé de nouveaux amis chez les randonneurs dont il peut porter les sacs ou les enfants. Les ânesses sont aussi élevées pour leur lait très riche, considéré comme le plus proche de celui de la femme.

Aider les ânes
Brigitte Bardot est la marraine d’ A.D.A.D.A, l’Association Nationale des Amis des ânes. Soutenue depuis 2007 par la Fondation, son refuge d’Ambert, dans le Puy-de-Dôme, accueille 260 pensionnaires. Tu trouveras beaucoup de renseignements et de photos sur son site www.adada-assos.org .